Création d'un tablier vannetais à petits bouquets

Tablier petits bouquets danseuses de pluneretLe Cercle celtique de Pluneret est un de mes préférés et j'admire régulièrement les tabliers en velours brodés à petits bouquets des danseuses. J'observe cette mode lors des sorties et défilés du Cercle : robes longues jusqu'en bas des chevilles, tablier à petit devantier pour mode à col ou à grand devantier pour mode à châle et coiffe tri-kintr.

Je méditais donc depuis un moment de porter cette mode des années 10 que je trouve particulièrement seyante et je me suis renseignée pour savoir comment me procurer un de ces beaux tabliers.

Les tabliers authentiques de cette époque sont rares et souvent en bien mauvais état. Mais ils sont des modèles indispensables à la recréation d'un tablier dans l'esprit de cette époque.

 

Un modèle authentique

J'ai eu la chance de pouvoir acheter un de ces tabliers authentique, trop abîmé et usé pour pouvoir être porté, mais suffisamment conservé pour servir de modèle : un tablier vraiment superbe, avec des broderies certes mécaniques, mais d'une grande finesse sur un beau velours de soie d'un violet profond.

Tablier vannetais en velous brode des annees 10

Dans un premier temps, je pensais le faire reproduire en broderie mécanique et me suis rapprochée de Romuald Hervé, le couturier d''Auray spécialiste des modes du Morbihan.

Mais la brodeuse qu'il m'a indiquée m'a annoncé des prix prohibitifs : 15 € par motif ... et il y en a 31 !

Dans ces conditions, j'ai décidé de tenter de le faire moi-même à la main.

Première étape : trouver un velours qui convient. Après plusieurs essais, j'ai choisi un velours de chez self-tissus qui se tient bien à la broderie. Mais il n'est pas en soie et sa couleur est loin d'avoir la profondeur intéressante de l'original. Mais bon, c'est une re-création. Cela va juste impliquer de trouver des couleurs différentes dans la logique du fond de tablier.

Deuxième étape : mettre au point le motif. Denis, mon mari a eu la gentillesse de me reproduire le dessin du modèle de motif.

Troisième étape : disposer les motifs. Au début, j'ai penser le faire théoriquement en calculant les intervalles, mais les problèmes de piquets et d'intervalles sont loin et m'ont toujours ennuyée. J'ai réussi à le faire empiriquement en disposant les motifs imprimés sur papier au revers du velours.

Quatrième étape : le choix des fils à broder et des couleurs. Après plusieurs essais, j'ai retenu une formule composite un peu originale : un mélange de cordonnets de soie et de fils en viscose permettant de jouer avec des dégradés de couleurs.

Et avec l'aide et les conseils de Jeanine Cadiou et de notre sympathique groupe de brodeuses du Kernevez ar Roue, je me suis lancée. Et de mois en mois, moyennant quelques heures de broderie presue tous les jours, cela a progressé.

 

A la veille de Noël, le tablier n'était pas loin d'être fini. Il restait à finir de le monter, à fixer la bavette et à faire l'ourlet à la bonne longueur après essais sur une robe.

Et au début de 2018, le tablier est achevé. Il est différent de l'original, d'autant que j'ai choisi de le réaliser avec un grand devantier pour porter en mode à col. Sur les photos, il semble moins seyant mais en réalité, il est presque de la même ampleur que l'original (150 cm au lieu de 155), mais il est présenté sur un mannequin en taille 42 alors que l'original est sur un mannequin en taille 38.

Pour une premier essai de création, je trouve que ce n'est pas si mal, même si, à l'expérience, je reverrais la question des espacements de motifs que j'ai un peu trop réduits de peur de couper les derniers motifs du bas avec l'ourlet.

Premiers essais de port

J'ai bien sûr essayé le tablier pour me rendre compte de son allure, mais pour le porter correctement dans la mode des années 10, il va falloir que je trouve une robe d'Auray adéquate et que je me procure une coiffe tri-kintr.

Tablier-Auray-années 10 Tablier-vannetais tablier-vannetais-années 10 tablier-vannetais-petits-bouquets